Aller au contenu
L'expert réglementaire du transport
des marchandises dangereuses
01 42 01 49 49

Révisions examen de conseiller sécurité TMD – 03 novembre – semaine 1

Dans un peu plus d’un mois se déroulera l’examen de conseiller sécurité ADR Transport Marchandises Dangereuses. Nous vous proposons des exercices de révisions afin de préparer au mieux votre examen. A noter que la nouvelle formule pour passer l’examen, mise en place depuis le premier janvier, oblige désormais le candidat à fournir une attestation de stage (obligatoire pour pouvoir se présenter le jour J).

Examen conseiller sécurité

Questions de la semaine 1

Pour cette première semaine de révisions, les questions portent sur les généralités de l’ADR

Question 1

Un fût en acier vide non nettoyé, ayant renfermé une matière de la classe 8 est-il soumis aux prescriptions de l’ADR, dans le cas où des mesures ont été prises afin d’éliminer tous les dangers ? Justifier votre réponse.

Question 2

Donnez la signification du sigle TPAA.

Question 3

L’intervenant qui doit s’assurer que la date du prochain contrôle pour les citernes mobiles n’est pas dépassée est :

  1. Le remplisseur
  2. L’expéditeur
  3. Le chargeur
  4. Le transporteur

Question 4

Une entreprise participe au transport de marchandises dangereuses, seulement en tant qu’expéditeur, et n’avait pas l’obligation de désigner un conseiller à la sécurité en 2018. A partir de quelle date, au plus tard, cette entreprise devra-t-elle désigner un conseiller à la sécurité ?

Question 5

Lequel de ces transports est soumis à l’obligation d’établir un plan de sûreté ?

  1. 5000 litres d’UN 3082, 9, GE III en citerne
  2. 2 m3 de méthanol en GRV
  3. 4000 litres d’éther diéthylique en citerne
  4. 10 L d’UN 1760, 6.1, GE I en colis

Question Bonus

En France, une entreprise décharge, chaque mois, 4000 L d’éther diéthylique transportés en citerne. L’entreprise n’est pas soumise à autorisation dans le cadre de la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Mise à part cette activité, elle n’en réalise aucune autre en lien avec le transport de marchandises dangereuses. Est-elle toujours soumise à l’obligation d’établir un plan de sûreté ?

Rendez-vous la semaine pour la correction et une nouvelle série de questions

Faire défiler vers le haut