Aller au contenu
L'expert réglementaire du transport
des marchandises dangereuses
01 42 01 49 49

Plus que quelques semaines avant l’examen de conseiller sécurité Transport Marchandises Dangereuses. On continue les révisions avec une nouvelle série de questions.

Pour la première année, l’examen de conseiller sécurité se fera à distance. Le CIFMD met en place un nouveau système d’examen et de surveillance. Vous serez prochainement invité à tester votre connexion pour le jour J.

Il faudra donc télécharger l’application « managexam » en dur sur l’ordinateur. Avant d’effectuer un essai, il est nécessaire de « tester son environnement » c’est-à-dire que le logiciel va essayer la connexion, le micro et la caméra.

Ensuite, une série de vérification est nécessaire :

  • Il faut présenter sa carte d’identité à la caméra, puis se montrer à celle-ci
  • Tourner l’ordinateur à 360° pour analyser la salle
  • Montrer son espace de travail
  • Se filmer en mettant son téléphone en silencieux et le placer derrière soit, à terre
  • Aller dans le gestionnaire de tâche du PC pour arrêter toutes les applications autre que Managexam

A la suite de cela, le candidat est redirigé vers une page internet où il doit renseigner son numéro d’inscription CIFMD avant de pouvoir commencer l’examen.

Lors de l’examen, il est possible de passer une question et de revenir en arrière si besoin que cela soit pour le QCM ou pour l’étude de cas. Il faut donc bien penser à enregistrer ses réponses pour ne pas les perdre.

Examen conseiller sécurité

Réponses aux questions de la semaine 1

Question 1 :

Selon le 1.1.3.1 a) de l’ADR, des exemptions existent concernant le transport de marchandises dangereuses pour des particuliers pour un usage personnel ou domestique.

En effet, pour les liquides inflammables transportés dans des récipients rechargeables remplis par, ou pour, un particulier, les prescriptions de l’ADR ne s’appliquent pas si la quantité totale par récipient rechargeable ne dépasse pas 60 litres et si la quantité par unité de transport ne dépasse pas 240 litres Dans notre cas, il s’agit ici d’essence, classée UN 1203, classe 3. La quantité par récipient rechargeable n’est pas dépassée (= 60 L) et la quantité par unité de transport est aussi inférieur à 240 L (180 L dans notre cas).

Question 2 : Selon le 1.2.1 de l’ADR, l’expéditeur est l’entreprise qui expédie par elle-même ou pour un tiers des marchandises dangereuses. Lorsque le transport est effectué sur la base d’un contrat de transport, l’expéditeur selon ce contrat est considéré comme l’expéditeur.

Question 3 : Il s’agit de la réponse b. Selon le 1.4.2.1.1 a) de l’ADR.

Question 4 :

Selon le 1.8.3.6, l’accident (au cours du transport) a porté atteinte aux biens et à l’environnement. De ce fait le conseiller sécurité doit assurer la rédaction d’un rapport d’accident destiné à la direction de l’entreprise dans un délai de 4 mois maximum (Article 6 §4 Arr. TMD).

De plus le 1.8.5 impose de rédiger une déclaration d’évènement, si certains critères sont remplis (perte de produits dépassant certains seuils, intervention des autorités…). S’agissant d’hydroxyde de sodium en solution (UN 1824, GE II et catégorie de transport 2), l’obligation d’une déclaration d’évènement est à réaliser lorsqu’une quantité supérieure à 333 L est rependue selon le chapitre 1.8.5.3.b). Cette déclaration d’évènement doit être conforme au 1.8.5.4 (CERFA 12252), et être envoyé dans un délai de 1 mois à la mission transport marchandises dangereuses (Article 7 Arr TMD).

Question 5 :

Réponse c, car selon le 1.10.3.2, les intervenants transportant des marchandises dangereuses à haut risque (tableau 1.10.3.1.2) doivent établir et appliquer un plan de sûreté :

UN 3077 classe 9 non concerné

Acétone (UN 1090, 3, II) non concerné lorsque transporté en colis (en GRV ici)

Ether diethylique (UN 1155, 3, I) en citerne volume supérieur à 3000 L è soumis à un plan de sûreté

UN 2024 6.1, GE I en colis est une marchandise dangereuse à haut risque à partir de 0 kg en colis cependant, selon le 1.10.4, si le seuil du 1.1.3.6 n’est pas dépassé, les intervenants de ce transport ne sont pas concernés à un plan de sûreté

Questions de la semaine 2

Cette semaine, les questions portent sur la classification

Question 1 : Votre fournisseur vous donne les informations suivantes sur un produit que vous allez utiliser prochainement :

Liquide ayant un point éclair de 11°C et un point d’ébullition de 32°C

Comment ce produit sera classé ? :

  1. Classe 3 GE I
  2. Classe 3 GE III
  3. Classe 4.1 GE II
  4. Non classé

Question 2 : Un mélange liquide contient 20 % d’une substance de DL50 à l’ingestion de 5 mg/kg et 60 % d’une substance de DL50 à l’ingestion de 200 mg/kg (20% restant étant de l’eau). Calculez la DL50 du mélange et donnez la classe ainsi que le groupe d’emballage de la préparation ainsi constituée

Question 3 : Un mélange de deux composants corrosifs et d’eau est préparé :

3 % d’UN 1777, cl 8, GE I

10 % d’UN 1775, cl 8, GE II

87 % d’eau

Donnez le groupe d’emballage de la préparation ainsi constituée.

Question 4 : Quel est le classement de l’hydroperoxyde de pinanyle 67% ?

  1. Classe 5.2
  2. Classe 5.1
  3. Classe 5.2 (8)
  4. Sans informations complémentaires, aucune de ces classes.

Question Bonus : Une matière dégage au contact de l’eau 50 L/kg.h-1 de gaz inflammable au contact de l’eau. Quel est le classement de ce produit ?

  1. 4.3, II
  2. 4.3, I
  3. 4.1, II
  4. 4.1, II

Rendez-vous la semaine pour toutes les réponses et de nouvelles questions

Faire défiler vers le haut