L'expert réglementaire du transport
des marchandises dangereuses
01 42 01 49 49

Examen CSTMD octobre 2019 : Êtes-vous prêt ? Semaine 4

Il vous reste encore 2 semaines pour préparer l’examen CSTMD du 23 octobre prochain. En pleine préparation d’examen, voici quelques conseils :

Il est important de bien préparer les ouvrages réglementaires, avec par exemple des onglets du type U-Tab car le jour de l’examen, vous aurez besoin de gagner du temps et ne pas chercher un texte pendant de longue minute. Dans cette même logique, connaître la structure des ouvrages vous aidera, savoir ou chercher lorsqu’on vous pose la question concernant l’utilisation de la citerne mobile, ou bien le taux de remplissage, etc…

Lire attentivement la question, parfois vous pouvez identifier des « indices » pour chercher la réponse. Par exemple si vous lisez dans la question « En France » il est raisonnable de penser que la réponse sera dans l’arrêté TMD, même si des exceptions peuvent exister.

Surveiller le temps, le retour très fréquent de tous les candidats de l’examen nous montre que la gestion du temps est déterminante. Et donc parfois il faut être capable de passer une question qui prendrait trop de temps pour y revenir après et ainsi mettre toutes les chances de votre côté en répondant à un maximum de question.

Réponses aux questions de la semaine 3

Un emballage cylindrique à fond plat de 30 litres en polyéthylène qui a subi avec succès les épreuves règlementaires sur les emballages peut être codifié :

Réponse 2 – 1H1 – Justifications aux chapitres 1.2.1 et 6.1.2.7

Le transport d’ammoniac en solution (UN 2672) à une concentration de 22% dont la pression de vapeur à 50 °C est de 120 kPa et la densité est de 0.94 est possible dans un des emballages homologués portant le marquage suivant, lequel :

Réponse 2 – 1H1/Z1.8/200/0518/USA

GRV (ici 31H1) interdit pour les liquides dont la pression de vapeur à 50 °C dépasse 110 kPa voir le 4.1.1.10

Pression hydraulique nécessaire compte tenu du produit :

Voir le 6.1.5.5.4 b)

P hydraulique : (1.75 x 120) – 100 = 110 kPa

Donc la pression d’épreuve pour le 3H2 (3H2/Y1.2/100…) n’est pas suffisante pour le produit.

Un emballage vide non nettoyé ayant contenu des matières infectieuses de la catégorie A est :

Réponse 3 – Interdit au transport – Justification au chapitre 4.1.8.4

Sauf indication contraire dans l’ADR, le transport en citerne mobile conforme à l’instruction de transport T4 est possible pour des solides transportés à des températures supérieures à leur point de fusion de :

Réponse 3 – la classe 8, GE III sans danger subsidiaire – Justifications aux chapitres 4.2.1.19.1 et 4.2.1.19.2

Un mélange de 50% d’essence (N° ONU 1203) et de 50 % d’heptane (N° ONU 1206) est-il compatible avec un emballage en plastique en polyéthylène à masse moléculaire élevée éprouvé avec un mélange d’hydrocarbures ?

Réponse 3 – Oui, car les constituants ont le même code de classification et le même liquide de référence – Justifications aux chapitres 4.1.1.21 : Rubrique collective 4.1.1.21.5 (aide 4.1.1.21.2) – Tab 4.1.1.21.6 UN 1203 et UN 1206 même code de classification et même liquide de référence

Corrections aux questions d’étude de cas

Un chargement des marchandises ci-dessous est effectué dans un véhicule de masse maximale 3.5 tonnes :

  • 7 bidons de 20 kg de chlorate de sodium
  • 18 bidons de 30 kg de nitrate de sodium

Le véhicule ne contient pas d’autres marchandises dangereuses, celui-ci doit-il obligatoirement être signalisé ? Justifiez votre réponse et citez la référence réglementaire.

Pour les deux numéros ONU, on retrouve les catégories de transport colonne (15) du tableau A chapitre 3.2 :

UN 1495 -> catégorie 2 (soit un coefficient 3)

UN 1498 -> catégorie 3 (soit un coefficient 1)

D’après le 1.1.3.6, l’unité à prendre en compte pour les deux numéros ONU est la masse nette en kilogrammes.

Selon le 1.1.3.6.4, on aura le calcul suivant :

Le résultat est inférieur à 1000. Il est donc possible d’être sous le 1.1.3.6 et par conséquent, le véhicule ne doit pas être obligatoirement signalisé.

Pour ce transport, le conducteur doit-il avoir reçu une formation ?  Si oui, laquelle ? Justifiez votre réponse.

Le 1.1.3.6 exempte du 8.2 sauf du 8.2.3.

Donc pas de certificat de formation de conducteur (8.2.1 et 8.2.2). Néanmoins, le 1.1.3.6 n’exempte pas du 8.2.3 qui précise que toute personne dont les fonctions ont trait au transport de marchandises dangereuses par route doit avoir reçu une formation 1.3. Le conducteur devra donc avoir reçu une formation 1.3 à minima pour pouvoir effectuer ce transport.

Question technique de la semaine

Vous êtes le conseiller à la sécurité d’une entreprise située en France qui expédie du SUCCEDANE D’ESSENCE DE TEREBENTHINE.

1/ Vous devez établir un document de transport relatif à une expédition de SUCCEDANE D’ESSENCE DE TEREBENTHINE de point d’éclair 39°C. Cette matière est considérée comme dangereuse pour l’environnement. L’itinéraire n’est pas connu.

Indiquez la description de la matière dangereuse et les éventuelles mentions complémentaires devant figurer sur le document de transport.

2/Pour effectuer ce transport de SUCCEDANE D’ESSENCE DE TEREBENTHINE, vous disposez de deux citernes codées LGBV et L1.5BN.

Pouvez-vous  utiliser ces deux citernes ? Justifiez votre réponse.

3/ Le conducteur stationne son véhicule (citerne de capacité totale de plus de 3000 litres) en France, hors agglomération, pour effectuer son repos journalier entre 19h00 et 7h30 à proximité immédiate d’un autre véhicule-citerne de 30000 litres muni de plaques-étiquettes modèle N° 8. Il n’y a pas d’autre véhicule à proximité.

Est-ce possible selon vous ? Justifiez votre réponse en indiquant les conditions à respecter. Citez la référence réglementaire.